Duvet d'oie - plumes
© Jo-Anne McArthur. weanimals.org

Animaux

Duvet d'oie - plumes

Le scandaleux commerce du duvet provenant de pratiques cruelles envers les animaux

Le duvet d’oie assure une chaleur douillette. Surtout pour la literie, les sacs de couchage ou les vestes, ce produit naturel isolant est volontier utilisé, et très apprécié par les consommateurs. Mais la production de duvet reste malheureusement en bien des lieux encore associée à une grande souffrance animale. QUATRE PATTES a ainsi révélé des abus incroyables dans une entreprise en Hongrie. On y arrache les plumes aux oies totalement conscientes, avec des conséquences cruelles pour les animaux. Lors du plumage à vif, les animaux souffrent énormément. La douleur, les blessures graves et les animaux morts font partie du quotidien.

 

Le duvet d’animaux vivants se trouve surtout dans les sacs de couchage coûteux, dans les vestes de plein air et dans les lits. «Il y a de bonnes alternatives pour qu’aucun animal ne doive souffrir. Personne ne doit renoncer à des vêtements ou des couvertures chauds. Les amis des animaux disent non au duvet et aux plumes», dit Marcus Müller.

 

Le plumage d'oie à vif

 

Plumage d'oie  vif
© Jo-Anne McArthur. weanimals.org

Le plumage à vif est la méthode standard dans les principaux pays producteurs. Au cours de leur brève existence, les oies sont plumées deux à quatre fois à la main par des « brigades de plumage ». Ce travail est payé à la pièce : en l’espace de cinq heures, on plume ainsi à nu environ 3000 animaux. Les plumes sont arrachés du cou, du dos et de la poitrine, en blessant souvent grièvement les animaux. Les plaies sont, dans le meilleur des cas, cousues immédiatement et sans anesthésie par les ouvriers et les ouvrières. Puisque le plumage à vif est interdit dans l’Union européenne, on donne à cette pratique des noms plus anodins, tels que « récolte à vif ». La désignation change, mais la souffrance animale reste la même.

 

Arrachage de la plume sur l’animal mort

 

Le duvet et les plumes de l’animal abattu sont arrachées. L’animal abattu est plongé dans un bain de cire, et toutes les plumes sont ensuite arrachées avec la cire. Puisque l’animal est déjà mort, il n’endure pas de souffrance supplémentaire du fait du plumage.

 

La variante plus économique en personnel du plumage à vif est le plumage à la machine. Selon les constats de QUATRE PATTES, il est pratiqué en Allemagne et en France. Il consiste à tenir une oie contre un disque métallique en rotation rapide qui arrache les plumes de l’animal. Normalement, cette méthode est employée pour plumer des animaux morts. Le plumage d’animaux vivants, y compris le plumage à la machine, est interdit en Allemagne.

 

Arrachage de la plume sur l’animal mort

 

A quoi reconnaître un duvet issu de souffrance animale ?

 

Malheureusement, même les experts ne peuvent pas distinguer si le duvet utilisé a été prélevé sur l'animal vivant ou mort. Même si le duvet plumé à vif est plus cher, le prix du produit fini ne permet pas de reconnaître les marchandises pour lesquelles des animaux ont dû souffrir, du fait de l’extrême chute des prix due aux produits bon marché d’Extrême-Orient. On peut trouver du duvet plumé à vif aussi bien dans un coussin bon marché d’une chaîne discount que dans la veste duvetée à 500 francs. Des déclarations certifiant qu’il s’agit de duvet recueilli sur des animaux morts, tels que celui d’Ikea, se sont avérées trompeuses par le passé. IKEA a dû supprimer ce label lorsque des recherches ont prouvé que l’entreprise avait été trompée par des fournisseurs chinois.

 

Les déclarations des vendeurs telles que : « On ramasse le duvet qui tombe » ou « Les plumes sont récoltées lors de la mue » sont à considérer avec prudence, car ces deux méthodes sont peu réalistes et guère pratiquées. En général, ces affirmations ne sont qu’une tentative de rassurer des consommateurs critiques ou de masquer une ignorance totale.

 

Le duvet de produits Tchibo provient de la Chine

 

La chaîne de magasins Tchibo a lancé une campagne de vente de couettes et d'oreillers en duvet. La marchandise paraissait suspecte à QUATRE PATTES - l'origine du duvet n'était pas déclarée sur les produits. Cela semblait être une indication de plumage à vif. Par la suite, QUATRE PATTES a invité Tchibo à divulguer l'origine de la marchandise. Après plusieurs réponses peu informatives Tchibo a admis que le duvet provient de la Chine. Pour QUATRE PATTES le soupçon triste est confirmé: l'industrie de duvet de la Chine repose sur le plumage à vif. «Il est souvent impossible, et logiquement indésirable, de trouver l'origine du duvet étant donné les milliers de fermes d'engraissement en Chine», dit Marcus Müller de QUATRE PATTES.

 

IKEA

© Jo-Anne McArthur. weanimals.org

 

La même chose s'était produite en 2009 chez IKEA. Le géant suédois de meubles avait choisi des fournisseurs chinois pour ses produits en duvet. Des recherches menées par QUATRE PATTES et la station suédoise TV4 ont montré qu'il s'agissait là de duvet provenant de plumage à vif. IKEA a retiré les produits étant donné l'impossibilité de pouvoir déterminer leur origine ainsi que par le manque de la protection des animaux et de la transparence.

 

Selon Marcus Müller, Tchibo devrait prendre exemple sur l'action d'IKEA: «IKEA n'a non seulement cessé la vente du duvet chinois, mais a également retiré tous les produits de duvet de la gamme. Il y a assez d'alternatives qui donnent chaud, le duvet n'est pas une nécessité.»

 

QUATRE PATTES demande Tchibo à renoncer aux produits de duvet. Le plumage à vif est actuellement en plein essor en Chine - et les clients dans les pays occidentaux ont le pouvoir de terminer ce boom de cruauté envers les animaux.

Souffrir pour des couvertures douillettes

Des promesses sans réelle garantie

 

Les détaillants et fabricants de literie en Suisse promettent certes que les plumes de leurs duvets ne proviennent que d’oies mortes. Mais il ne semble pas y avoir de garantie. C’est ce que montre l’exemple d’IKEA. Des journalistes d’une chaîne de télévision suédoise ont pu révéler qu’un producteur chinois de l’entreprise d’ameublement suédoise n’utilise pas uniquement du duvet d’élevages respectueux de l'animal. IKEA a tout de suite réagi et enlevé sur tous ses produits à base de duvet d'oie la mention selon laquelle le duvet provient uniquement d’animaux morts.

 

Un petit succès Grâce aux images de QUATRE PATTES, un nouveau succès a pu être obtenu. En coopération avec l’émission « Kassensturz », ces images ont pu être montrées à un vaste public en Suisse, et n’ont pas seulement choqué les consommateurs. Après l’interview dans « Kassensturz », IKEA a décidé de renoncer totalement à l’avenir à la literie à base de duvet d’oie. L’association suisse des fabricants de literie a résolu en raison de l’émission d’introduire des contrôles indépendants afin de pouvoir mieux garantir que les produits ne contiennent pas de plumes arrachées à vif.

 

Nous appelons par ailleurs tous les amis des animaux à renoncer complètement aux produits à base de duvet. Malgré les garanties données, l’origine ne peut jamais être totalement vérifiée. En outre, des produits déclarés « sans plumage à vif » peuvent provenir d’animaux qui avaient été précédemment plumés à vif ou gavés de force pour la production de foie gras.

Cruauté envers l’animal pour le duvet : soyez vigilant lors de vos achats

Le duvet reste massivement présent dans l’industrie de l’habillement et de la literie. Il provient du canard ou de l’oie. Le duvet est produit dans le monde entier, surtout en Hongrie, en Pologne et en Chine. Pour la « récolte du duvet », il existe deux méthodes : l’arrachage sur l’animal mort ou le plumage à vif.

 

Ce que vous pouvez faire

 

Avec quels produits ne soutient-on pas le plumage à vif ?

 

N’achetez pas de produits contenant du duvet. On trouve aujourd’hui d'excellents articles d'habillement et de literie fourrés de matériaux modernes, même supérieurs au duvet à certains égards. Les produits synthétiques ne sont pas nécessairement moins bons, mais en tout cas moins chers, plus résistants à l’humidité, et conviennent également aux allergiques (le duvet attire les acariens). Ils ne sont pas non plus forcément moins écologiques, puisqu’ils peuvent être recyclés et sont très durables. Le bilan environnemental de duvet traité par des procédés complexes, provenant d'un élevage industriel polluant, est par contre fatal. Entre temps, les professionnels n’optent plus pour les produits à base de duvet. C’est ce que montre par exemple l’emploi d’alternatives synthétiques par les unités spéciales de l’armée et dans les sports extrêmes. Pensez aussi que beaucoup d’oies (oies grises) souffrent dans la production de foie gras, et que leur duvet (duvet gris), qu’il soit arraché à vif ou sur l’animal mort, provient toujours d’entreprises aux pratiques cruelles envers l’animal.

 

Le kapok – une alternative végétale douillette et écologique

 

La fibre végétale kapok, dite « duvet végétal », remplace à merveille le duvet. Ce matériau isolant à base de fibres de palme est très isolant, et l’on trouve déjà dans le commerce spécialisé des vestes et des couettes fourrées de kapok. Les produits à base de kapok se situent dans une tranche de prix comparable à celle des produits à base de duvet. Ils ménagent l’environnement, et on a la garantie qu’aucun animal n’a souffert pour les produire.

 

Le duvet de canard – une alternative avec certaines faiblesses Selon l’état actuel de nos informations, on ne plume pas les canards. L’emploi de duvet de canard peut donc constituer une alternative, ce qu’a également reconnu l’entreprise d’ameublement IKEA. Malheureusement, là encore, il y a de nombreuses possibilités de fraude : on pourrait y mêler du duvet d'oie, et les éleveurs de canards pourraient être incités à plumer également leurs animaux. En outre, la plupart des canards sont engraissés dans des élevages de masse cruels, et souffrent par millions pour la production de foie gras.

 

 

Reportage CBS5 (anglais)

 

 

Vidéo de l’élevage d’oies Schwerk près de Hambourg >>

 

(Source et textes intégraux : QUATRE PATTES SUISSE)